Agir avec les peuples oubliés ICRA International

+

Brésil : augmentation des violences contre les peuples indigènes en 2019

La forte augmentation des atteintes au patrimoine des peuples indigènes est soulignée dans le rapport annuel  publié le 30 septembre à Brasilia, par le Conseil Indigéniste Missionnaire - CIMI. Il s’agit d’un document qui recense les différentes formes de violence subie par les peuples indigènes du Brésil au cours de 2019 qui est la première année de l’ère Bolsonaro.

Dans le premier chapitre consacré à la « violence contre le patrimoine », les cas « d’invasions et exploitation illégales des ressources naturelles et dommages divers au patrimoine » sont passés de 109 en 2018 à 256 en 2019. Il a été observé 35 « conflits territoriaux » alors qu’il n’y en a eu que 11 en 2018. Le deuxième chapitre traite de la « violence contre la personne » : les cas sont passés de 110 en 2018 à 276 en 2019. Les « menaces de mort » ont quadruplé : 8 en 2018, mais 33 l’année dernière. Heureusement, le nombre d’assassinats a baissé : « seulement » 113 en 2019, alors qu’il en avait été dénombré 135 en 2018. Le troisième chapitre aborde la « violence par omission du pouvoir public » : 142 cas en 2018 et 267 en 2019. Les carences sont particulièrement sensibles dans les domaines de la santé et de l’éducation. Les suicides ont été plus nombreux : 101 en 2018 et 133 en 2019. La mortalité infantile a progressé : 591cas en 2018 pour 825 en 2019 !

La présentation du rapport est signée de Dom Roque Paloschi, président du CIMI et archevêque de Porto Velho (État de Rondônia). Il relève notamment que « Les violations des droits de l’homme au Brésil sont inacceptables et nous ne pouvons pas fermer les yeux. Nous ne pouvons pas garder le silence car nous serions complices d’une dévastation irréversible. Nous serions associés à l’extermination des peuples. Nous ne pouvons pas dormir paisiblement en voyant tant de souffrance. Des limites doivent être imposées. C’en est assez ! » Plusieurs membres et conseillers du CIMI présentent le contexte politique dans lequel se trouvent les peuples indigènes au cours de cette année déjà marquée par les incendies et la déforestation qui dévastent l’Amazonie.

La Constitution brésilienne qui définit les droits des peuples indigènes a été adoptée le 5 octobre 1988. Les Constituants avaient alors donné cinq ans au gouvernement pour démarquer la totalité des Terres Indigènes du pays… Un travail loin d’être terminé. Et l’actuel Président de la République se refuse à donner suite à cette obligation constitutionnelle…