Agir avec les peuples oubliés ICRA International

+

Une école du bien vivre chez les Shuars d'Equateur

Situés dans la cordillère du Condor dans le département de Morona-Satiago en Equateur, les shuars Maikiuants vivent en symbiose avec leur culture et leur environnement. Une vie en abondance que les shuars reflètent à travers cette phrase : taramak matsamat. L’unification et la fierté sont sans aucun doute les valeurs fondamentales des Maikiuants.  
Gardiens du poumon vert de la terre, l'histoire les a bien trop souvent déconsidérés. Depuis l’année 2000, ils ont été obligés de s’organiser et de créer le premier auto-gouvernement indigène d’Equateur. Aujourd’hui, la pression extérieure de l’industrie minière ne cesse de compromettre leur liberté. 
Dans le but de pouvoir former les futures générations à leur culture et à leur autodéfense, la communauté Maikiuants en association avec l’organisation El pueblo shuar Arutam  ont décidé de créer le projet Plan de vida del pueblo shuar Arutam. C’est à travers le nom d’Arutam, l’une des entités de leur spiritualité animiste, qu’ils ont décidé de créer une école de vie. Située au sein même de leur communauté, l’école a pour but d’enseigner la culture shuar aux nouvelles générations.

Objectifs
Le programme proposé par l’organisation indigène El pueblo shuar Arutam est d’offrir une éducation de qualité, répondant aux critères de la vie shuar et de l’éducation nationale : 
• Un enseignement répondant aux critères de l’éducation nationale. De cette façon, les enfants peuvent sortir à la ville et communiquer en espagnol. Grâce à une connaissance du monde extérieur, ils ont les cartes en main pour pouvoir défendre et valoriser leur territoire. 
• Un enseignement basé sur la culture shuar mettant en valeur le territoire, le savoir ancestral, la convivialité et l’harmonie avec la nature. 



Depuis 2014, l’école rempli sa mission. L’organisation El pueblo shuar Arutam a aujourd’hui le devoir d’agrandir l’école. Le but est de pouvoir accueillir les enfants des communautés voisines afin de leur fournir une éducation locale et appropriée. Ainsi, les jeunes ne doivent pas quitter leur village natal pour aller étudier en ville, sous un format éducatif inadapté à leur culture. 
Ce sont au total 1 000 familles regroupées dans 45 communautés qui font partie de l’organisation El pueblo shuar Arutam. 
L’objectif est de permettre à ces familles de bénéficier de l’éducation autonome shuar au sein de la communauté Maikiuants. 

Responsables
L’association “el pueblo Shuar Arutam” en collaboration avec l’explorateur-reporter, Julien Defourny. 
Lors de son expédition sur les Amériques à vélo et en kayak, Julien est parti à la rencontre des shuars Maikiuants dans le but de réaliser une partie de son documentaire « Sur les voix des Amériques ». Au début écarté de la communauté, c’est au fil du temps qu’il a réussi à s’intégrer et à développer une profonde fraternité avec ces hommes et ces femmes. Touché par leur histoire, il se sent concerné par leur combat contre l’industrie minière. Avec l’objectif de protéger la beauté du monde pluriculturelle et la belle amazone, il réalise un court-métrage baptisé Maikiuants, un paradis en péril. Quelques années après ce premier court-métrage, Julien continue d’être actif au sein de la communauté Maikiuants en les soutenant dans leur projet de l’école du bien vivre.