Agir avec les peuples oubliés ICRA International

+

Soutien culturel chez les Aka


Les pygmées Aka vivent principalement dans le sud de la République centrafricaine et dans le nord du Congo Brazzaville.
Ils parcourent la forêt équatoriale au gré des saisons à la recherche de gibiers, de miel, de champignons, de racines comestibles, etc. Les pygmées Aka ont su développer au sein de leur environnement forestier des savoir-faire et des savoir-être exemplaires, notamment sur le plan de la chasse, de la pharmacopée, de la danse et de la musique.
Aujourd'hui, l'arrivée de nouvelles populations, le prosélytisme religieux, l'exploitation agricole et forestière perturbent le mode de vie ancestral et la culture traditionnelle des communautés Aka.
 
Objectifs
Ce programme vise à permettre à Michel Kombolé, Aka du village de Kombolé et à Sorel Eta, passionné par les culture des Pygmées Aka, auteur de plusieurs films, responsable du groupe Ndima et responsable d’un petit musée ethnographique qu’il a établi dans un faubourg de Brazzaville pour mieux faire connaître la culture des Aka du Congo Brazzaville d’enregistrer la tradition orale des Aka, les témoignages des anciens relatifs à la spiritualité animiste ancestrale et de constituer une mémoire audiovisuelle en film les derniers rituels préservés et les derniers pans de vie traditionnelle encore préservés autour du nomadisme, et des activités de chasseurs cueilleurs des forêts d’Afrique Centrale.

Responsables du programme
Michel KOMBOLE et Sorel OKANANGO ETA
                                                
Réalisation
• Une caméra Sony NX 1000 a été remise par la Fondation ANAKO à Sorel Eta en juillet 2015 dans le cadre des « Bourses Anako pour la mémoire »
• Cette caméra a été remplacée début 2016 par une caméra NX70 tropicalisée ses accessoires et cartes mémoires plus adaptés aux besoins de l’équipe sur place et à l’humidité ambiante.

Actions à Venir
• Nous prévoyons également de fournir à Michel Kombolé un enregistreur numérique H2N2 qu’il pourra garder sur place et qui lui permettra d’enregistrer aussi souvent que nécessaire la parole des anciens.
• La Fondation ANAKO a remis en 2016 à Sorel et à Michel une première somme de 1700 euros permettant de couvrir les frais d’une longue mission de terrain dans le village de Kombolé et en forêt lors des expéditions de chasse et de cueillette.

Il conviendrait que nous puissions attribuer au moins 3500 euros par an à ce programme ce qui permettrait d’assurer au moins deux mission de collecte audiovisuelle et d’enregistrement des traditions orales sur ce terrain difficile d’accès.

Suivez-nous