Agir avec les peuples oubliés ICRA International

+

95. Programmes solidaires

janvier - février - mars 2015
Ikewan n°95, le sommaire
Au sommaire du numéro 95 d’Ikewan, Le journal des Peuples Premiers, un thema sur nos programmes solidaires notamment en Thaïlande et en Birmanie, mais également en faveur des Wodaabe du Niger, des Mentawai de Siberut, des Yawalapiti du Xingu, des Sedang du Viêtnam, etc.

Thema : nos programmes solidaires

ICRA, Akassa, FMCA  Bref Historique
L’idée de la création d’ICRA est née dans une contrée lointaine, au nord-est de l’Inde, classée zone interdite par le gouvernement indien en lutte contre une guérilla autochtone qui revendique son autonomie depuis la fin de l’empire anglais. Ghandi était prêt à la leur accorder, mais son assassinat marqua la fin des espérances nagas. Ce peuple, fascinant de beauté, ressemble à s’y méprendre à certains peuples amérindiens. Patrick Bernard, ethnographe, y rencontre, au milieu des années 1980, Visier Sanyu : “Mon ami Visier est ethnologue naga. C’est probablement le seul ethnologue autochtone qui ait jamais travaillé sur la question naga. C’est grâce à lui que j’ai pu pénétrer dans ces zones interdites. Un jour que nous discutions, il m’a fait la réflexion suivante : les associations qui défendent nos droits envoient leurs ethnologues pour enquêter, mais quand on se trouve dans des zones interdites, l’information ne passe plus. Ce qu’il faudrait, c’est créer une commission d’enquête permanente où les informateurs seraient les autochtones eux-mêmes”. ICRA était née…
Patrick Bernard et Hervé Valentin

Avec les Karen de Thaïlande et de Birmanie
Depuis plus de cinquante ans, les ethnies minoritaires de Birmanie sont victimes des dictatures militaires qui se succèdent au pouvoir. Fuyant les combats et les exactions, des centaines de milliers de personnes ont trouvé refuge en Thaïlande le long de la frontière birmane, soit dans des camps de réfugiés, soit dans des villages clandestins. 
A la demande des réfugiés, notamment Karen et Karenni, ICRA a mis en place depuis une vingtaine d’années plusieurs programmes de soutien : en 1993, un programme d’aide à l’autosuffisance alimentaire est initié dans un camp de réfugié Karenni et depuis 2002 plusieurs programmes notamment de soutien à la scolarisation des enfants Karen sont menés en Thaïlande et en Birmanie.
Fin 2014, nos correspondants sur place, Elisabetta Leonardi et Jonathan Nield, qui, à côté de leurs activités d’aide médicale en faveur des Karen, gèrent bénévolement jour après jour nos programmes depuis 2002, nous reçoivent chaleureusement à Mae Sot au nord-ouest de la Thaïlande afin de visiter les différentes écoles et structures soutenues par ICRA aux environs de Mae Sot.
Hervé Valentin

Les Karen : un peuple privé de sa terre
Si une partie des Karen fuyant la dictature birmane a trouvé refuge dans les camps de réfugiés le long de la frontière thaïlandaise où s’entassent aujourd’hui environ 150000 réfugiés dans des conditions de vie difficiles (forte densité, produits de première nécessité fournis par des organisations caritatives, mise en culture des terres interdite, sorties des camps très contrôlées, oisiveté, alcoolisme, etc.), de nombreux Karen ont choisi, depuis une vingtaine d’années, de s’installer en dehors des camps qu’ils considèrent comme des prisons, dans des villages de fortune près de la frontière.
Hervé Valentin

Boutique d’artisanat traditionnel
Dans les villages et les camps de réfugiés Karen, mais aussi Kachin, Naga, Lissu et Chin, beaucoup de femmes et d’hommes désirent développer des activités artisanales traditionnelles comme le tissage, la vannerie et la broderie.
Cynthia, réfugiée Karen, travaille avec ces femmes et ces hommes depuis plusieurs années au sein de plusieurs organisations les accompagnant dans leur volonté de préserver leurs savoirs traditionnels. Les principaux problèmes rencontrés sont le manque de débouché et de point de vente pour ces produits réalisés par ces femmes et ces hommes souvent isolés.
Hervé Valentin

Nos programmes solidaires
Une école nomade chez les Mentawai de Siberut
Les Mentawai enregistrent leur culture
Une infirmerie mobile en terre touarègue
Soutien au cheptel et forage d’un puits chez les Wodaabe
Recueil des traditions orales chez les Edê
Sauvegarde culturelle chez les Yawalapiti
Elevage, puits, rizières et semences chez les Sedang
Scolarisation chez les Naga

Fiche Peuple
Peuples de Birmanie.

Thématiques

Suivez-nous