Agir avec les peuples oubliés ICRA International

+

Les femmes leaders autochtones mettent en garde les sociétés financières contre le soutien à l’exploitation du pétrole des sables bitumineux

Plus de 40 femmes autochtones issues de communautés impactées par l’exploitation des sables bitumineux ont envoyé une lettre ouverte à 70 grandes banques, assureurs et gestionnaires d’actifs, leur demandant de respecter les droits des Autochtones et de cesser de soutenir financièrement l’industrie qui détruit leurs terres. 
La lettre souligne les nombreux risques et impacts que l’industrie des énergies fossiles, et plus particulièrement des sables bitumineux, causent dans leurs communautés. La construction de ces projets d’expansion de l’oléoduc les expose à un risque plus élevé de contamination au COVID et de violences sexuelles. L’industrie des sables bitumineux a dévasté les communautés d’Amérique du Nord par l’exploitation minière, l’extraction et le raffinage

Aux PDG des principales sociétés de gestion d’actifs, banques et compagnies d’assurance :
Nous, les organisations et groupe de femmes signataires de ce document, appelons vos institutions à arrêter de financer, d’investir dans et d’assurer l’expansion de l’extraction, du transport et du raffinement des sables bitumineux, et à vous engager dans le retrait progressif du soutien au pétrole de sables bitumineux. Ces mesures de retrait devraient concerner à la fois les projets et les entreprises qui mènent de tels projets.
Le secteur des sables bitumineux fait peser de graves menaces sur les droits des Peuples Autochtones, sur la survie des cultures, sur les voies d’eau et environnements locaux, sur le climat et sur la santé publique. De plus, cette année, le secteur du pétrole et des hydrocarbures a connu des pertes significatives, aucun sous-secteur n’ayant fait l’objet de prévisions aussi mauvaises que celui des sables bitumineux.
Le potentiel destructeur des sables bitumineux a été bien documenté, et la croissance du secteur a été freinée par des recours en justice, l’incertitude financière et la résistance des habitant·e·s. Bien que les gouvernements et les industriels appellent à l’expansion des sables bitumineux, leur production actuelle est limitée par un goulot d’étranglement au niveau des infrastructures de transport, ce qui signifie qu’un futur accroissement de l’extraction de sables bitumineux dépend de trois oléoducs.

Devant l’entêtement de l’industrie des énergies fossiles à poursuivre la construction des oléoducs au milieu d’une pandémie globale et d’une crise financière massive, nous demandons à vos institutions de décliner immédiatement tout soutien aux oléoducs Keystone XL de TC Energy, Line 3 d’Enbridge et Transmoutain du gouvernement Canadien et de couper les liens avec ces entreprises et ces projets de sables bitumineux.
En ce moment, l’extraction et la construction liées aux sables bitumineux font courir des risques majeurs à la santé des communautés et des travailleurs en raison de la transmission de la COVID-19. Des cas de coronavirus ont été rapportés sur des sites en Alberta (1). Cependant, la construction a démarré ou continue sur les pipelines Keystone XL dans le Montana, Line 3 au Minnesota et Transmountain en Colombie Britannique. Des leaders tribaux·ales, des élu·e·s locaux·ales et des résident·e·s ont alerté sur le fait qu’un afflux massif de travailleurs venus de l’extérieur pourrait répandre la COVID-19 dans des régions rurales qui manquent d’infrastructures médicales adéquates pour prendre en charge les cas de virus. Les Peuples Autochtones des États-Unis font déjà l’expérience de l’impact dévastateur de la pandémie de COVID-19. Ces communautés sont particulièrement vulnérables au virus en raison de programmes de santé publics sous-dotés et de grandes disparités sanitaires (2). Avancer dans la construction des oléoducs ne peut qu’exacerber les problèmes auxquels les communautés autochtones sont déjà confrontées...”