Agir avec les peuples oubliés ICRA International

+

Offensives militaires birmanes en territoire Karen en pleine pandémie

Le gouvernement birman bafoue l'accord de cessez-le-feu national pour augmenter sa pression militaire dans les brigades 5 et 7 contrôlée par la KNU (L’Union nationale Karen).
Selon la KNU l’augmentation des opérations de l'armée birmane dans ses territoires contrôlés dans le nord de l'État Karen a contraint de nombreux civils à quitter leurs villages.

Le communiqué de la KNU publié le 15 mai par le quartier général de l'Armée de libération nationale Karen (KNLA) indique que les opérations de l'armée birmane ont augmenté dans les zones frontalières de ses brigades 5 et 7 en avril et mai 2020.

Le communiqué de la KNLA indique que 150 soldats de l'armée birmane et 20 membres de sa milice, la Border Guard Force (BGF), ont été récemment déployés sur le territoire de l'Union nationale karen à Thoo Mwee Htar, Gaw Kaw Htar, Mae Pa et Kasaw Wah lay (White Elephant Montagne).

Les villageois effrayés par ce nouveau déploiement et ces opérations de l'armée birmane dans la région ont fui. La KNU a estimé que 10 ménages de 47 personnes du village de Let Ka Baw, 19 ménages de 125 personnes du village de Kay Kee Tu et 11 ménages de 66 personnes du village de Hee Poe Thaw Kee - un total de 40 ménages comptant jusqu'à 138 personnes ont fui leurs maisons.

La déclaration de KNLA affirmait que l'armée birmane avait profité de l'accord de cessez-le-feu national (NCA) en doublant le nombre de ses troupes dans l'État Karen.

Le 9 mai, le Bureau du Commandant en chef des services de défense birman avait annoncé un cessez-le-feu national pour mettre l'accent sur la prévention du COVID-19 et comme une paix durable dans le pays conformément aux normes internationales.

Malgré cette déclaration de cessez-le-feu de l'armée birmane pour trois mois, les attaques de l’armée birmane ont lieu quotidiennement.

Pourtant, l’accord de cessez-le-feu national signé entre l'Union nationale karen et le gouvernement birman en janvier 2012 stipule que dans les zones de cessez-le-feu, des activités telles que les mouvements de troupes pour le contrôle territorial, le recrutement, les attaques armées, le lancement d'offensives militaires doivent cesser et que les mouvements de troupes ne peuvent être entrepris qu’après consultation entre les deux parties.
Karennews.org